Réhabilitation

Croix-du-Sud : coup d’envoi du grand chantier de rénovation urbaine

L’opération de renouvellement urbain (ORU) menée à Croix-Rouge entre en phase opérationnelle en 2009 avec le lancement des travaux de réhabilitation et de reconstruction du quartier le plus emblématique – et le plus peuplé - de Reims. Les trois bailleurs sociaux de la Ville, dont Plurial Novilia, sont au premier plan de ce gigantesque programme d’amélioration de l’habitat qui est appelé à transformer la physionomie-même du quartier et sa vocation. Aujourd’hui excentré, Croix-Rouge sera demain un lieu attractif et fréquenté, desservi par la future ligne de tramway qui reliera la nouvelle ZAC de Bezannes, son parc d’affaires, ses îlots d’habitations et la Gare TGV Champagne Ardenne.

Un chantier en 3 étapes

Les 16 immeubles et quelque 1 650 logements concernés par le chantier sont décomposés en trois secteurs distincts qui seront traités de manière individuelle, les uns après les autres : les îlots Degas-Rodin, Ingres-Fragonard et Cézanne-Braque. Au-delà de tout ce qui concerne les espaces extérieurs, la voirie et les nouvelles circulations du quartier, l’intervention de Plurial Novilia sur son patrimoine s’articulera autour de 3 grandes phases d’intervention, à savoir la réhabilitation, la résidentialisation et l’embellissement des parties communes. Ces travaux s’inscrivent dans la continuité d’une première opération de réhabilitation menée quelques années plus tôt et qui s’était soldée notamment par la pose de fenêtres en PVC, la réfection des halls et la sécurisation des accès des immeubles.

Coup d’envoi du chantier de l’îlot Degas-Rodin

Le 1er secteur de Croix-Rouge à être concerné par les travaux est celui de l’allée Edgar Degas et de la place Auguste Rodin. Pour cette phase, 451 logements seront réhabilités dans 14 bâtiments distincts, 75 démolis et 79 construits. Le volet réhabilitation démarre à l’été 2009 pour une durée de 3 ans, et concerne en priorité des travaux d’isolation et de chauffage, afin d’améliorer le confort thermique de logements construits dans les années 70. Installation de nouveaux radiateurs plus économes, mise en place d’une isolation extérieure en laine de roche et polystyrène, installation de capteurs solaires sur le toit et d’une pompe à chaleur pour l’eau chaude sanitaire : Plurial Novilia entend bien apporter tout le confort moderne aux habitants – et adoucir par la même occasion leurs charges puisque les économies attendues sur la facture de chauffage est de l’ordre de 28%.

Améliorer l’intérieur comme l’extérieur

Au-delà de l’isolation, le chantier sera l’occasion pour le bailleur de rénover les façades des bâtiments, en leur apportant une esthétique moderne, en alternant les matériaux (bardage en pierre, bois ou aluminium, béton, plaquette de brique, crépi…) pour donner à chaque immeuble sa personnalité propre et un caractère distinctif. Des balcons seront ajoutés à de nombreux logements, et, la réhabilitation comportera également le remplacement des sanitaires et la mise aux normes des installations électriques.

Démolir pour mieux reconstruire

En parallèle de ces réhabilitations, deux immeubles, soit 75 logements, seront démolis afin d’aérer le quartier et de créer de nouvelles voies de circulations au cœur de l’îlot : le « 3 Rodin » et le « 15 Rodin ». La passerelle enjambant l’avenue Léon Blum est elle aussi vouée à disparaître tandis que la placette surélevée où est installé le centre commercial sera arasée pour permettre de traverser la chaussée de plain-pied. Côté nouveautés, 36 logements seront construits sous la forme de deux petits immeubles collectifs en R+4, labellisé HQE. Imaginés par l’architecte rémois François Wustner, ils verront le jour rue Joliot-Curie au 2e semestre 2010.

La démolition du « 15 Rodin » entraînant celle du centre commercial, un groupe de petits immeubles comprenant 28 logements et 14 cellules commerciales sera également réalisé avenue Bonaparte, et un programme d’une quinzaine de logements, dont certains en accession à la propriété, sera érigé dans le secteur Blum/Bonaparte à la place d’un parking.

2009